Magyar Magyar

Toussaint versus Halloween – quand et que célébrons-nous ?

Ces dernières années, Halloween, empruntée aux films américains, a conquis le monde entier. De plus en plus de familles et de communautés de Hongrie adoptent la coutume de sculpter des citrouilles, de se déguiser et de récolter des bonbons. Néanmoins, les traditions liées à la Toussaint et au Jour des morts continuent de se perpétuer en parallèle.

Voyons les dates !

31 octobre : date de la fête anglo-saxonne d'Halloween, célébrée dans de nombreux pays du monde. 

 

1er novembre : Toussaint chez les chrétiens.

 

2 novembre : Jour des morts chez les chrétiens. 

Quelle est l’origine de ces fêtes ?

Le nom Halloween est l'abréviation de All Hallows' Eve qui signifie « veille de la Toussaint » en français. Pour les Celtes, c'était la fin de l'été, le moment où le bétail était transféré des pâturages aux étables et où l'on célébrait la nouvelle année en rendant hommage au dieu Soleil et au Seigneur des morts.

 

La Toussaint (en latin : festum omnium sanctorum) est un jour de commémoration pour toutes les âmes sauvées dans l'Église catholique, tandis que les protestants commémorent les défunts. Au 4e siècle, la fête de la Toussaint était célébrée le premier dimanche après la Pentecôte, ce qui est encore le cas aujourd'hui dans l'Église chrétienne orthodoxe.

 

Le Jour des morts remonte à une époque bien postérieure : Il a été introduit par l'abbé Saint Odilon de Cluny en 998 comme jour de commémoration dans les maisons bénédictines relevant de l'abbaye bénédictine de Cluny. Dès le début du 14e siècle, elle a été adoptée par l'ensemble de l'Église catholique.

Quelles sont les traditions liées à ces fêtes ?

Selon les prêtres celtes, les druides, Halloween est l'un des jours les plus magiques de l'année, lorsque les âmes des morts peuvent circuler librement parmi les vivants. Les maisons éteignaient des feux pour empêcher les esprits de s'emparer des corps des vivants. Les gens se costumaient pour effrayer les morts, d'où la tradition de se déguiser, qui est aujourd'hui plutôt une plaisanterie. Selon la tradition médiévale, les sorcières et les magiciens accomplissaient leurs rituels ce jour-là, car c'était le jour où le monde spirituel et le monde réel se rejoignaient. Depuis le 8e siècle, la croyance veut que les lanternes aux traits déformés protègent les voyageurs des mauvais esprits, ce qui explique que l'on sculpte aujourd'hui des citrouilles aux visages les plus effrayants possibles. Halloween s'est établie en Amérique au milieu du 19e siècle, lorsque des centaines de milliers de personnes ont émigré de la Grande Famine d'Irlande, emportant avec elles leurs coutumes et leurs légendes. Les lanternes étaient à l'origine fabriquées à partir de navets, de carottes ou de betteraves, puis les citrouilles se sont répandues au fur et à mesure du développement de la fête à l'autre côté de l'Atlantique. Aujourd'hui, Halloween nourrit l'imagination des enfants, qui se déguisent et passent d'une maison à l'autre en scandant des « menaces effrayantes » (trick or treat, c’est-à-dire : des bonbons ou on sort !) pour obtenir des bonbons. La nuit la plus longue de l'année, des fêtes costumées et des défilés sont également proposés pour les adultes, et certaines villes et villages de Hongrie organisent désormais des concours de fabrication de lanternes de citrouille et des festivals. 

Le jour de la Toussaint, il est d'usage de nettoyer et de fleurir les tombes des proches, ainsi que d'allumer des cierges et des bougies pour les défunts. La lumière de la bougie symbolise la lumière éternelle. Le rituel de l'Église catholique consistant à réciter la litanie de la Toussaint et à bénir les nouvelles tombes à la « grande croix des cimetières » est encore pratiqué aujourd'hui. Dans certaines régions de Hongrie, on sonnait les cloches ce jour-là pour les défunts de la famille, dans d'autres, on donnait de la nourriture aux pauvres, on élisait des juges et on embauchait des serviteurs. Dans certains endroits (comme chez les Celtes), on croyait que les personnes mortes sortaient de la tombe cette nuit-là, on préparait donc un repas familial pour eux et on allumait des lampes dans chaque pièce pour aider les « revenants » à trouver leur chemin dans la maison. Selon certaines croyances, les tombes devaient être décorées et illuminées afin que les « âmes libérées » puissent retrouver le chemin de leur « demeure » sans déranger les vivants. En Hongrie, la Toussaint est à nouveau un jour férié depuis 2000 et, depuis 2013, une fête religieuse réglementaire.

Le Jour des morts commémore à l'origine les personnes et nos proches décédés qui n'ont pas encore accédé au salut. En effet, ceux qui sont morts dans la grâce de Dieu, mais qui ont encore un fardeau de péché et de punition à payer, doivent être purifiés devant Dieu. Pour les personnes qui restent dans le monde réel, le fait de pouvoir agir par la prière, la pénitence, la Sainte Messe, pour le salut de leurs [ZK1] proches, défunts constitue une grande consolation spirituelle.  

 

FAITES LE TOUR COMME LES HONGROIS